Gardez des preuves de la commande et de la livraison

Au cas où le client n’aurait pas l’intention de vous payer, vous seriez alors amenés lors de vos poursuites à devoir prouver le bien fondé de vos créances. La tâche en sera donc largement simplifiée avec des preuves écrites. Dans la plupart des cas, la facture ne pourra pas constituer une preuve (sauf par acceptation tacite), elle ne reste qu’un document comptable émis unilatéralement par le créancier.

Il est donc indispensable de demander une preuve écrite des commandes de vos clients et de leur exécution et cela quel que soit le client. Ne pas suivre cette consigne, c’est s’exposer à une explosion des litiges et des refus de paiement de la part des clients de mauvaise foi niant la livraison ou de ceux en difficulté financière niant leur accord pour une commande qui ne fait plus partie de leurs priorités.

Demandez donc systématiquement la signature des bons de commande et d’exécution de la prestation ainsi que l’apposition du cachet commercial du client. Ce dernier présente un certain avantage par rapport à la signature puisqu’il présume que la personne le détenant détient le pouvoir d’engager l’entreprise.